Union orgasmique

Cycle en ligne

Programme en ligne du 21 octobre au 18 novembre 2024
EN MIXITE

Un voyage d’amour radical* pour toi-même.

5 semaines de pratiques méditatives, somatiques et érotiques.

Un groupe mixte de coaching et de guérison pour transformer ta sexualité, et plus généralement ta relation au plaisir, à la sensualité, et à l’érotisme.

Un espace de recherche-action pour ancrer des nouvelles habitudes de présence, sécurité intérieure de soin et de santé au quotidien. Apprendre à vivre avec volupté*, aisance et grâce.

Un temps pour ancrer ta souveraineté, ta puissance érotique, ta complétude.

Un engagement vers plus de liberté d’être – dans le jeu, l’enthousiasme et la joie. En se libérant des tabous, des carcans, et des limitations à ta libre et pleine expression.

Un contenant sécure, en mixité, pour apaiser les relations hommes-femmes… et créer du lien, de la connexion, des expériences partagées.

*radical : du latin radicalis, qui se rattache à la racine
** volupté : plaisir intense, sensuel et raffiné

Les piliers de ce cycle : Porneïa et Eros

Pornéïa et Eros sont des « degrés de l’amour grec ». Les Grecs classiques disposaient d’une variété de mots pour décrire les différentes formes d’amour. Avec cette vision, on ne parle plus d’amour, mais des amours.

PORNEÏA

Pornéïa est l’amour appétit, l’amour dévorant. Un amour transgressif, sauvage, au-delà des conventions, et qui ne se préoccupe pas de la morale. Dans la profusion et l’abondance.

Pornéïa, ce sont les plaisir de la vie : sentir le vent qui pénètre les pores de la peau, se laisser caresser par la chaleur du soleil, danser nu-e sous la pluie…

Pornéïa aime tout le corps, le vénère. Pornéïa, c’est la joie de la masturbation. Non pas une masturbation qui compense ou décharge, mais plutôt un amour de soi radical. Une masturbation pas seulement focalisée sur les organes génitaux, mais qui inclut tout le corps.

Pornéïa, c’est la complétude, la magnificence, la grâce. Toujours dans l’intensité, la radicalité, le chemin direct, la folie qui se partage.

Quand j’incarne Porneïa, je ne demande pas à l’autre de me faire exister, car j’existe déjà par moi-même. J’aime de manière complète, incarnée, radicale. Je suis dans la joie d’être seul-e… Joie qui me donne envie de rencontrer l’autre, sans restrictions. C’est la profusion, la folie qui se partage… Tout devient possible. Je suis dans la fête, le jeu, la jouissance.

EROS

Eros est la force de l’érotisme.

Il y a du Eros dans tous les degrés de l’amour. C’est le seul degré de l’amour grec qui est présent aussi chez les autres. Eros est une condition nécessaire à l’amour. Car Eros est la pulsion de vie, le désir de vie. C’est la vie dans toute sa splendeur, sa beauté, sa force.

Eros est une puissance discontinue qui se renouvelle sans cesse. Comme les marées, comme les vagues qui viennent perpétuellement à la rencontre des rochers.

Quand j’incarne Eros, je suis dans le jeu et l’enthousiasme. Je dis pleinement OUI. Je suis juste là, présent. Je suis dans un espace sans objectifs ou obligations. Je ne cherche pas l’orgasme. Je joue avec quelque chose qui est potentiellement infini. Je suis en lien avec ma dimension spirituelle.

**

Porneïa et Eros peuvent faire peur, générer de la méfiance. Ce sont des amours qui ont été tellement niés, moralisés, bafoués, tabouisés, vilipendés, dénaturés… Dans ce cycle nous les rencontrerons pleinement et simplement, sans ambages.

Pour en en savoir plus sur les 10 degrés de l’amour grec, je recommande le podcast Sin Eden Sublime.

Cela t’est familier ?

  • Désirs peu clairs et/ou difficiles à exprimer
  • Dépendance au porno ou à mon imaginaire pour faire monter l’énergie sexuelle en solo
  • Masturbation principalement de « décharge »
  • Confusion entre orgasme et éjaculation
  • Difficulté à prendre du temps pour moi de soin, de plaisir (« j’ai toujours quelque chose de mieux à faire »)
  • Multi-orgasmie, orgasmicité, états orgasmiques… tout ça reste mystérieux !
  • Une sexualité (solo et avec partenaire-s) principalement basée sur la contraction du corps
  • Envie de mieux comprendre l’énergie sexuelle et sa circulation
  • Difficulté parfois à aimer mon corps tel qu’il est
  • Envie d’avoir plus de choix et de liberté dans ma sexualité (solo et avec partenaire-s) – notamment de choix éjaculatoire
  • Envie d’orgasmer ET de me libérer de la pression à orgasmer
  • Curieux-se de mieux comprendre (par l’expérience) mes états orgasmiques
  • Confusion entre sensualité, érotisme, sexualité…
  • Peu de sensations sur le corps, ou certaines parties du corps (poitrine, parties génitales…)
  • Je n’ai pas reçu d’éducation sexuelle, j’ai baigné dans les tabous
  • L’intensité de la sexualité (solo et/ou avec partenaire-s) peut me dépasser
  • Difficulté à relier cœur et sexe dans ma sexualité et ma vie en général
  • Envie de clarifier mes « oui », « non », « peut-être »
  • Je ressens de la honte quand je me masturbe (ou après)

BIENVENUE AU PROGRAMME « UNION ORGASMIQUE »

5 semaines, avec un thème fil rouge chaque semaine. Détails à venir.

A quoi s’attendre comme contenu ?

Un équilibre entre théorie et pratique. L’intelligence du corps dans son ensemble (corps-mental-esprit). L’expérience vécue au premier plan.

du contenu théorique

  • Les degrés de l’amour
  • La théorie polyvagale du système nerveux
  • Le plaisir et ses conditions
  • L’orgasme et les états orgasmiques – la multi-orgasmie
  • Comprendre les bienfaits des pratiques érotiques en solo
  • Cadre, structure, idées et conditions pour tes pratiques érotiques en solo
  • Plus de 20 pratiques détaillées

Des pratiques guidées, avec les outils suivants

  • Méditation
  • Pratiques somatiques, mouvement
  • Respiration – breathwork
  • Masturbation pleine conscience
  • Tao sexuel, alchimie taoïste
  • Sexological bodywork
  • Pratiques à ancrer dans le quotidien – routines
  • Coaching
  • Pratiques solo et à deux
  • Ecriture – journalling
  • Temps de parole, communication consciente et authenticité
  • Régulation du système nerveux, théorie polyvagale

AGENDA – comment cela se passe concrètement ?

Contenu théorique

Lorsque tu t’inscris, tu as accès à une plateforme en ligne sur laquelle tu auras accès à plein de contenu chaque semaine.

Les « lives » sur zoom 

Tous les lundis, de 21h à 22h45 (heure de France).

21 octobre, cérémonie d’ouverture
28 octobre
4 novembre
11 novembre
18 novembre, cérémonie de clôture

Les lives sont l’occasion de partager du contenu, échanger sur nos vécus, faire du coaching, et surtout pratiquer ensemble (caméras éteintes, chacun-e dans son espace).

Tous les « lives » sont enregistrés. Disponibles en replay pendant toute la durée du cycle, et téléchargeables. Je recommande d’être présent à un maximum de « lives ». C’est une autre magie quand tu es là en direct.

Pratiques entre les lives

Chaque semaine, je te proposerai une pratique à faire seul-e et une pratique en duo avec un-e autre participant-e (sur tél ou zoom).

Communauté

Nous aurons une communauté d’échanges sur l’application Discord. Je te demande de l’installer (sur téléphone et/ou ordinateur) pour participer pleinement au cycle.

Soutien à ta pratique

Je te partagerai des playlists musicales pour accompagner tes pratiques.

Imagine… une société érotique

Les sociétés pré-religieuses étaient érotiques.

Avant que les religions cultivent la haine et le rejet du corps, la diabolisation du plaisir et de la sexualité (autre que reproductive), la honte de désirer… les humain-e-s étaient dans leur puissance érotique.

Simplement. Naturellement.

Car la vie est érotique. La nature est érotique. L’incarnation dans un corps est une expérience érotique.

L’érotisme est un droit de naissance. L’érotisme est un outil de guérison.

Être érotique est subversif, intimement et culturellement.

L’érotisme d’un coucher de soleil, d’une douce brise, d’un met délicieux, d’une attention, d’un sourire, d’une pluie fine… toutes ces expériences nous confirment que le monde peut être accueillant et sécure.

Depuis cet endroit, lorsque nous expérimentons des moments de stress, de douleur ou de surprise, nous sommes plus susceptibles de les accueillir « sereinement ». Nous sommes outillé-e-s pour revenir à un état de sécurité. Une expérience régulière et confiante de plaisir est un ingrédient essentiel pour rendre notre cerveau résilient au stress.

L’érotisme est une qualité de présence à la vie : vitalité, curiosité, spontanéité.
L’érotisme est ce qui reste lorsque je dépouille tout ce qui me coupe du « sentir ».
L’érotisme est ce qui fait me sentir vivant-e.
L’érotisme est une force vitale, primordiale.
L’érotisme est un état d’ouverture au monde.
L’érotisme est un endroit où je me sens digne de donner et recevoir.
L’érotisme est une évidence, une puissance, une simplicité d’être.
Aujourd’hui, l’érotisme est une responsabilité et un risque, dans un monde qui le nie et le diabolise.

Ton érotisme est pour toi, vers toi. C’est une offrande que tu te fais, dans l’instant. C’est de la dévotion pour toi-même. Et cet état de présence, sans rien faire, devient une offrande pour le monde.

Pour en lire plus sur l’érotisme dans ma conception, je recommande les travaux d’Ester Perel et Audre Lorde.

Inscription au cycle

  • Prix : early bird 333 euros (jusqu’au 15 septembre) puis 383 euros ensuite
  • Avec ta participation au cycle :
    • Tu bénéficies d’un tarif réduit sur mes séances individuelles (60€ au lieu de 90€), durant tout le cycle (ainsi que 10 jours avant et après)
    • Je t’offre l’accès à ma masterclass « sagesse de l’anus » (valeur : 110€)
  • Tu me peux contacter pour toute question : contact@thomasrocourt.com
  • Tu peux me contacter si les tarifs sont un frein à un travail ensemble : contact@thomasrocourt.com

Ma playlist « EROS » pour t’échauffer

Quelques bienfaits de ce cycle

Libérer sa parole

Parler -librement- de sexualité est une pratique. Cela s’apprend. Cela s’expérimente. Libérer la parole et « normaliser » des sujets tabous sont au cœur de cycle.

Durant ce cycle, les participant-e-s échangent sur leur pratiques, leurs découvertes, leur écueils, leurs ressentis, leurs questionnements…

Au début, chacun-e avance avec prudence. Puis les corps se détendent, et la parole circule plus librement. Parler de sexualité, de masturbation, de sexe… devient juste simple, fluide, parfois joyeux.

Quelle beauté de voir ce processus :). Et parler de sexualité n’est alors plus que « seulement » libérateur. C’est empouvoirant.

Cela permet de préciser ce que je veux et ne veux pas. Et le communiquer. Et me célébrer là-dedans.Cela créé un sentiment d’appartenance, car je me rends compte que plein d’autres personnes vivent des expériences similaires aux miennes (loin des stéréotypes de la sexualité des séries, films, etc.).

Cela inspire des nouveaux possibles. Cela permet de devenir son-sa propre chercheur-euse. De se faire confiance.

Épanouir sa sexualité et son plaisir

S’engager dans des pratiques érotiques, c’est du “sexe en solo”… sans objectif, où le chemin et le “sentirsont au centre.

Dans ces pratiques, on “met en jeu” les mêmes choses que dans la sexualité avec un-e partenaire : cultiver la détente et la sécurité, être présent-e, placer son attention, naviguer l’intensité, etc.

On apprend à se connaître (« ici c’est agréable, de cette façon… là, c’est neutre.. ici c’est désagréable avec un toucher trop fort« ), à être avec ce qui est là, à s’aimer.

On se relie à ses désirs, à ce qu’on veut vraiment. A l’importance de se valoriser, de s’assumer, d’exprimer. Et cela rejaillit dans tous les pans de notre vie.

C’est une des raisons pour lesquelles j’adore être “accompagnant” en sexualité. C’est un endroit si intime et profond, que lorsqu’une personne chemine sur sa sexualité… cela transforme tout dans sa vie.

Cultiver une autonomie interdépendante (une saine autonomie)

L’autonomie est primordiale. Mais, ce n’est pas « tout faire tout-e seul-e », ni « avoir besoin de personne ».

Nous sommes des êtres relationnels. On se construit dans le lien, dans la co-régulation.

Être autonome, c’est avoir de l’agentivité : avoir des capacités d’action, des capacités à agir pour soi, sur le monde, les choses..

Être autonome, c’est connaître ses désirs, ses envies, ses limites. Et pouvoir les exprimer. Être autonome, c’est pouvoir accéder à un sentiment de sécurité. Seul-e et en relation.

Être autonome, c’est se connaître, s’apprécier, se valoriser.

Être autonome, c’est….

Les pratiques du cycle contribuent à l’autonomie. Car elles soutiennent ton lien à ton corps, ton désir, tes besoins, ton érotisme. Car elles t’aident à te rencontrer, à t’offrir du soin et de l’attention.

Mais, elles ne remplacent pas la sexualité avec tes partenaires. C’est légitime de vouloir relationner. C’est du « et« , pas du « ou » :).

Les pratiques en solo peuvent t’aider à rencontrer tes partenaires depuis un endroit de plénitude et de sécurité. Depuis un endroit d’empouvoirement plutôt que de « dépendance ».

Libérer son érotisme

La vie est érotique. Nous sommes des êtres érotiques.

Des êtres de sensations et d’instinct. Des êtres de plaisir.

C’est quelque chose que l’on célèbre dans les pratiques du cycle.Notre corps s’oriente en permanence vers la santé et le plaisir.

Nous sommes conçu-e-s pour nous sentir équilibré-e-s et intègres, pour expérimenter le plaisir et la connexion

La capacité à sentir du plaisir est une fonction évolutive primordiale qui, si elle est soutenue, nous sert à être en sécurité, émotionnellement et physiquement résilient-e-s et relié-e-s avec les autres, avec le monde.

Cependant, nous vivons dans un monde pathologiquement genré et hétéronormé, qui laisse peu de place à l’expression libre de notre être, de notre identité. Et encore moins de notre être érotique. Tout ceci dans un contexte d’hyper-sexualisation (médias, publicités, pornographie…).

Il y a très peu d’espaces où notre puissance érotique est bienvenue. Elle est souvent perçue comme dangereuse ou malsaine – souvent en fonction de notre genre.

Créer des nouveaux chemins neuronaux

Imagine ton système nerveux comme une forêt, avec des chemins.

Ces chemins, il sont déjà tracés, c’est ceux que tu prends « en mode automatique », et encore plus en situation d’urgence ou d’intensité (comme dans la sexualité par exemple).

Ils sont tracés parfois depuis ta plus tendre enfance, parfois c’est plus récent. Ils sont la meilleure réponse que tu peux amener à une situation, mais pas forcément la plus adaptée ou la plus « actualisée ».

Avec le temps et la pratique, tu peux créer des nouveaux chemins neuronaux dans ta forêt, et laisser les anciens (qui ne sont plus pertinents) se peupler de végétation de nouveau.

Ceci est possible grâce à la neuroplasticité du système nerveux.

Quelques exemples de nouveaux chemins qui peuvent se créer avec les pratiques du cycle :

  • Découvrir des nouvelles sensations corporelles
  • Connaître ses désirs
  • Se libérer de l’autoroute de l’orgasme
  • Surfer les états orgasmiques
  • Être clair-e sur ses « oui » et « non », et pouvoir les exprimer tranquillement
  • Pouvoir laisser naître et grandir l’énergie sexuelle sans imagerie érotique externe (ex : porno) ou interne (fantasmes)

Thomas Rocourt

Coaching somatique

Le chemin du sentir, de l'érotisme et la joie

07 68 81 13 68

contact@thomasrocourt.com

Newsletter

J'envoie une lettre d'information par mois.

J'y mets du cœur, du soin et de l'attention.

Avec mes réflexions du moment, et mes propositions à venir.